Logo
festivités, animations, vie associative, culture
Recommander Imprimer

Ciné-Rétro:1967, Dans la chaleur de la nuit de Norman Jewison

Films lundi 27 janvier 2014

L’histoire se déroule dans une petite ville du Mississipi, Sparta, où un crime crapuleux a eu lieu. Il s’agit d’un ingénieur qui travaillait à la mise en place d’une usine. L’adjoint du shérif qui a découvert le corps arrête sans ménagement52245 un inconnu assis dans le hall de la gare. Il est étranger, a beaucoup d’argent sur lui et surtout, ce qui le rend encore plus suspect, il est noir. Après vérification de son identité, il s’avère que cet homme est Virgil Tibbs, membre de la brigade criminelle de Philadelphie, le meilleur spécialiste de son département. Il est relâché mais son supérieur lui ordonne, malgré ses réticences, de collaborer avec le shérif Gillepsie pour retrouver le meurtrier. Il est obligé d’accepter et commence son enquête dans un climat hostile.

Ce film a obtenu l’oscar du meilleur film, meilleur acteur pour Rod Steiger, meilleur scénario adapté, meilleur montage et meilleur mixage de son en 1967.

Il faut savoir que l’intrigue se déroule au Sud des Etats-Unis où le racisme fait loi. Ce film policier s’inscrit plus généralement dans la lutte pour les droits civiques. Il sort dans un contexte difficile car  il y avait énormément de problèmes liés au racisme, surtout à Chicago.

Si l’intrigue policière n’est pas exceptionnelle en soi, ce qui nous soulève le cœur, c’est le climat, la tension permanente qui s’y dégage. A tout moment on peut basculer dans l’horreur. Et c’est palpable, aussi bien d’un côté que de l’autre. En effet à bout de nerf, de peur et de haine contenue, le personnage incarné par Sidney Poitiers est prêt à arrêter un riche notable qui dégouline, de tous les pores de son être, l’esclavagisme et le racisme, alors que, petit à petit, le personnage du shérif va faire machine arrière, se rapprocher du policier noir, admirer son intelligence, son courage.

L’intrigue est surtout un prétexte pour la confrontation entre ces deux hommes que tout sépare et qui, au fil de l’enquête, vont s’apprivoiser, se comprendre et se respecter. Le film est vraiment très fort, et l’image finale est tout un symbole, quand le shérif accompagne le policier noir à la gare, c’est lui qui insiste pour porter sa valise.

Sidney Poitier, alors connu pour défendre la cause noire dans ses films, interprète son rôle avec une rage refrénée, une élégance qui lui est propre et une détermination spectaculaire.

Quant à Rod Steiger, il est simplement magique. Arriver à avoir de la tendresse, à la fin du film, pour ce personnage grossier et à priori inculte relève du grand art car il joue de façon magistrale.

Ce film n’a pas pris une ride. Il est à voir absolument pour se remettre en mémoire un passé peu glorieux.

Daphné Dan.

 

« In the heat of the night » en français « Dans la chaleur de la nuit ».

1967-Norman Jewison avec Sidney Poitier, Rod Steiger, Warren Oates.

Travel Turne Tranzito