Logo
festivités, animations, vie associative, culture
Recommander Imprimer

Tout un cinéma ! par Mr Ronchon

Mr Ronchon vendredi 27 février 2015

J'aime aller au cinéma, histoire de m'évader du réel, sans risque.
Encore que.
Lumière sur ma dernièrecineeeem séance.
Je fais court, vous sachant pressés comme ce couple BCBG qui annoncera la couleur en s'arrogeant le premier rôle à la caisse sans même vous avoir remarqué, ni quiconque d'ailleurs.

Solidement sanglé sur mon siège velours des fois qu'ils veuillent aussi s'en emparer, je sens poindre en moi la fièvre du samedi soir.
En rang d'oignons derrière, une brochette de croustillantes conteuses à haut débit.
Sur fond de bandes annonces, j'apprendrai beaucoup, en V.O., sur la varicelle du petit Louis,  la chute du papy dans le col du Fémur, les vilaines dents de la mère.
Mais rien de plus, hélas, sur les miches de la femme du boulanger, du fait du brouillage des ondes par un commando de résistants de la première heure.

Chaud devant, les César du meilleur bruitage.
Trois reprises auront raison de l'éclatement du premier sachet de pastilles mentholées qui répondront coup pour coup aux combatifs caramels mous de dévoués compères.

Chut ! La lumière s'endort. Place au rêve !
Pas vraiment, car irruption inopinée torche au poing, des deux derniers abonnés au cadran solaire, lesquels retardataires jetteront fatalement leur dévolu sur votre rangée à vous, appelée :
    ⁃    au mieux, à se décaler d'un siège afin de ne pas séparer la belle et la bête ;
    ⁃    au pire, à se faire cavalièrement enjamber, sans pitié pour les pointures 40 et plus.

Le calme revenu, entrée en scène du standardiste de permanence, prêt à répondre sur le champ aux vibrants appels d'un smartphone chargé à bloc, trouant aussi brutalement le noir que le gros orteil vos blanches chaussettes coton/polyester made in Macao.
 
Et pour couronner le tout, la palme d'or de la meilleure musique du film... à « l'enrhubé » chronique pour son prodigieux concerto en nez majeur pour rhinovirus et bactéries... et toux et toux.

Au fond c'est peut être cela la magie du cinéma, l'action sur un plateau là où vous ne l'attendez pas.

 
Monsieur RONCHON

Travel Turne Tranzito