Logo
festivités, animations, vie associative, culture
Recommander Imprimer

C'est brave docteur ?

Mr Ronchon mardi 2 février 2016

Le diagnostic s'abattit sur LOUIS comme le tranchant de la guillotine sur le saucisson d'âne.
Sur le coup, ce sémillant sexagénaire, Cizzzzr2005-1classé XXL, fit une drôle de tête.
Son docteur il le connait. Il a même toute sa confiance et c'est beaucoup en ces temps d'état d'urgence où chacun est appelé à se méfier de chacun.
Epidémie de sédentarité ! Pas moins.
Ebola à peine vaincu, plus grave que Zika, un  nouveau virus menace nos sociétés obèses.
L'alerte est chaude à lire l'adjoint au maire de Strasbourg en charge de la santé publique dans un entretien accordé le 13 novembre 2015 à un journal Rhônalpin.  
Médecin généraliste lui-même, il nous dévoile ce « scoop » étonnant : le sport a des bienfaits avérés sur la santé. Alors que « 54 % des français ne respecteraient pas le niveau minimum d'activité physique hebdomadaire recommandé ».
Et, sans tousser, de préconiser la prescription aux patients contaminés comme Louis, d'une pratique sportive au lieu de médicaments.
Excellente idée, sauf que gymnastique douce, marche nordique, aquagym et autres séances au catalogue de cette joyeuse pharmacopée seront, ici aussi, financées par l'argent public, le nôtre.
L'assurance maladie exsangue n'en demandait pas tant.
JEAN, lui, un peu plus. Invalide à 80 %, il vient de se voir gratifier par sa caisse primaire d'une aide à l'acquisition d'un fauteuil roulant motorisé affiché à 11 730,00 €.    
Non pour se dégourdir les jambes, on s'en doute, mais pour s'octroyer un espace de mobilité et une brise de qualité de vie tout en aérant ses proches.
Montant du chèque Sécu : 558,99 €. Cherchez l'erreur !
Que l'Etat veuille accompagner l'accès à la santé des populations, c'est son rôle.
N'avait il pas financé, dans la vague hygiéniste du XIX siècle, la création de lavoirs publics dans le souci de l'époque de se prémunir contre les maladies graves comme la variole, la typhoïde ou le choléra ?
Mais enfin, « le sport sur ordonnance », rassurez moi docteur, c'est un poisson d'avril avant l'heure.
Ou alors, prescrivez vite un permis de pêche à mon papy pour qu'il oublie ses cannes.


M. RONCHON
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

       

Travel Turne Tranzito