Logo
festivités, animations, vie associative, culture
Recommander Imprimer

National: Vaincre l'Autisme démissionne

VIE DES ASSOCIATIONS vendredi 14 février 2014

Ci-dessous, le comuniqué de Vaincre l'Autisme en date du 13 février 2014:

"Lors de l’annonce de la condamnation de la France par le Conseil de l’Europe sur la scolarisation et la formation des personnes autistes, résultant de la Réclamation collective initiée par VAINCRE L’AUTISME,  Mme CARLOTTI, Ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et CP 130214 VAINCRE L AUTISME DEMISSIONNE-1de la Lutte contre l'exclusion, a rétorqué que le 3e Plan autisme répondait amplement aux  besoins. Ce qui est en réalité très éloigné de la vérité ... Encore une fois, la faute portée au gouvernement
précédent suffit à se déresponsabiliser !

RETOUR EN ARRIERE SOUS COUVERT DE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET DE CONCERTATION
 
En août 2013, VAINCRE L’AUTISME, en tant que Représentant des usagers et bien que très déçue par nombre  de mesures du 3e Plan autisme, confirmait sa participation au Comité National Autisme et au comité de suivi du  plan. Quelques mois plus tard, à l’annonce de la constitution des groupes de travail thématiques, VAINCRE  L’AUTISME validait à nouveau son implication effective avec l’objectif de faire évoluer le système, d’être force  de proposition pour relayer les revendications des familles et faire en sorte que les moyens attribués au 3e Plan  autisme, bien qu’estimés insuffisants, le soient dans l’intérêt des personnes concernées.
Quelques mois plus tard, suite à de nombreuses réunions, de nombreuses heures de travail, de lecture, de rédaction, de débat, force est de constater que les décisions sont prises, sous couvert de démocratie participative et de concertation, pour faire perdurer les pouvoirs en place et avec une marge de manœuvre
plus que minime laissée à l’innovation, aux prises en charges adaptées et à la scolarisation.  
 
En effet, alors que l’arrivée d’une politique de gauche au pouvoir aurait présagé des avancées notoires pour l’autisme en France, un réel recul de la part des politiques, et notamment un retour en arrière concernant la pérennisation et le développement des structures innovantes dites « expérimentales » est en train de s’opérer.   
 
D’autre part, l’autisme, grave problème de santé publique qui touche 1 personne sur 100, se retrouve délégué à un ministère mineur. Alors que l’autisme concerne de près les secteurs de la Santé (pour impliquer la médecine), de l’Education Nationale (pour donner de véritables moyens aux prises en charges éducatives et à la scolarisation), de l’Enseignement Supérieur de la Recherche (pour découvrir les causalités et les traitements de l’autisme, mais aussi pour faire évoluer la formation des professionnels), il se retrouve cantonné à un ministère du handicap qui ne concerne que les droits sociaux et les structures médico-sociales. Ce ministère est dans l’impossibilité de piloter un Plan autisme. Mme CARLOTTI s’est laissée mener par les tenants du système, sans se donner le temps de maitriser le sujet et sans entendre les familles qui réclamaient un réel changement. C’est pourquoi le 4 février 2014, las de « parler
dans le vide » et de perdre son temps et son énergie, VAINCRE L’AUTISME a décidé de claquer la porte du Comité National Autisme et du comité de suivi du plan. Puisque le changement ne peut se faire de l’intérieur, il viendra de l’extérieur !
 
LA DISCRIMINATION DES FAMILLES  
 
Dans un contexte d’actualité médiatique chargée en matière d’autisme, des voix s’élèvent de toutes parts pour dénoncer. Encore une fois, Mme CARLOTTI a accueilli ces cris de détresse avec un détachement non dissimulé, se justifiant en brandissant le 3e Plan autisme.
 
Aussi, depuis l’arrivée de Mme CARLOTTI au pouvoir, malgré nos demandes répétées de rendez-vous, Mme CARLOTTI n’a jamais pris la peine de recevoir le Président de VAINCRE L’AUTISME. Il est légitime de se demander comment Mme CARLOTTI se permet de négliger un acteur majeur de l’autisme en France,
VAINCRE L’AUTISME, alors qu’elle s’affiche tout sourire et à multiples reprises aux côtés d’une autre association ! Madame CARLOTTI, ces jeux de cour n’ont plus leur place dans la France du 21e siècle.

Ce refus de recevoir les personnes comptant parmi les plus concernées relève de la discrimination. Mme CARLOTTI tente ainsi de discréditer VAINCRE L’AUTISME (association « représentants des usagers », représentant 4 000 familles), et son Président, par l’isolement. Que dire sinon que cela confirme sa
discrimination des parents militants tels que le Président de VAINCRE L’AUTISME dont l’enfant, Samy, a été détruit par le système. Cela souligne un important problème de démocratie.  
 
Mme CARLOTTI est allée jusqu’à commettre l’irréparable en s’attaquant directement à Olivia CATTAN, une mère d’enfant autiste, sur le site officiel du gouvernement. Ce rejet de la critique montre l’ampleur de son indifférence à l’égard des personnes autistes. Ce faisant, elle décide de faire fi des témoignages alarmants d’Olivia CATTAN, d’Eglantine EMEYE, des médias qui montrent partout la réalité de l’autisme, entre centres psychiatriques et exils en Belgique … Tout ce que dénonce VAINCRE L’AUTISME depuis déjà 13 longues années. Ce faisant, elle décide d’ignorer royalement les droits des personnes autistes et de leurs proches.
 
A L’ATTENTION DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
 
M. HOLLANDE, les familles sont fatiguées et lasses de se battre contre des moulins à vent… Je sollicite que vous nous receviez, afin que nous puissions vous exposer les problématiques réelles des familles et les facteurs de blocage qui empêchent toute évolution du système.  M. HOLLANDE, il est temps de mettre fin à la discrimination et à l’obscurantisme qui dominent en matière d’autisme en France. Et cela relève de votre responsabilité".

Tous les articles - Sanary

Travel Turne Tranzito